Un jour, dans le métro, j’ai assisté à une scène qui m’a émue. Je l’ai notée sur un petit carnet et puis arrivée chez moi je l’ai recopiée et je l’ai envoyée par mail à mon amie d’enfance. Elle a aimé. Depuis, quand je suis dans le métro, la plupart du temps je me plonge dans un bouquin pour éviter de penser à cette bétaillère souterraine. Mais souvent, je lève le nez, je regarde les gens et je prends des notes. Ca donne cette poignée de “brèves de métro” que je livre ici au fil des posts et au gré d’une inspiration un peu capricieuse ces derniers temps. Je n’ai rien inventé, pas un détail, pas une situation, et me suis toujours tenue scrupuleusement à la réalité.

Magali Rangin