“Scusez derannch”, susurre-t-elle dans son micro, juste avant d’entamer une mélopée plaintive réverbérée par son ampli rafistolé. Les voyageurs sourient, surpris du son à la tristesse incongrue, jailli d’une toute petite dame au visage sombre.