Le grigri

Elle porte un pull-manteau de laine grise qui peluche un peu. Sur les genoux un gros sac à main de faux cuir marron foncé. Elle en sort un porte-monnaie rouge et ventru qu’elle ouvre. Trois petites perles de nacres sont attachées par un lien rouge à la fermeture Eclair du compartiment des billets. Elle les effleure, les frotte comme une lampe magique, les soupèse du bout des doigts. Puis tendrement les repose et referme le portefeuille. St Sulpice, elle le range dans son sac et descend.

3 thoughts on “Le grigri”

  1. cela faisait quelque temps que je n’avais pas poussé la porte des brèves,j’ai beaucoup aimé l’instantané du sourire de midinette.

    Je reviendrai plus souvent
    a bientot
    Laetitia

  2. J’ai pris le métro ,à Paris,tous les jours, pendant 30 ans.A present en retraite dans le midi, vos billets ,tres imagés,me rappellent ce temps, mais sans trop de regrets.Je vous suis dans” micro hebdo”. Continuez . Cordialement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.