Le poulet

Une violente odeur de poulet rôti envahit la rame et attaque la narine. L’homme, un clochard véhément au pardessus déchiré, s’affale sur la banquette. Il invective les passagers. Ses doigts luisants extirpent des morceaux de viande d’un sac de papier isotherme, gras et fripé. L’homme aspire, engloutit, avale sans la mâcher la chair blanche du poulet. Il éructe, mord et dévore, affamé.

4 thoughts on “Le poulet”

  1. Il me semble que c’est la première fois que l’odorat vient se joindre à vos écrits. Toujours autant de plaisir à vous lire, toujours cette impression de quitter mon bureau pour les rames parisiennes, toujours l’impatience de lire la prochaine petite histoire …

  2. Toujours aussi bien décrit et avec l’odeur cette fois! Bravo et encore merci pour ces croquis sur le vif.

Leave a Reply

Your email address will not be published.