La cigarette

L’homme a la soixantaine, le regard qui passe par-dessus ses lunettes en écailles. Sort de la poche intérieure de sa parka un paquet de tabac à rouler, le pose sur sa sacoche, bien à plat sur ses genoux. Il ouvre le paquet, en sort une petite touffe de tabac roux. Il l’étale sur une feuille de papier cigarette, jusqu’à en faire un petit boudin, et commence à le rouler. Comme il y en a trop, il en enlève un peu. Puis entreprend de séparer les fils du tabac sur toute la longueur du boudin. Il le triture ainsi quelques minutes. Alors il roule avec dextérité le papier autour du tabac jusqu’à ce qu’il se referme, en gardant le majeur en l’air. Puis il le porte à ses lèvres et le lèche, en regardant par-dessus ses lunettes, son front tout plissé. A chaque bout de la cigarette, un peu de tabac dépasse. Il le coupe avec ses doigts sans ongles, jaunis au bout. Il la met dans sa bouche, range le papier dans le sachet à tabac et le sachet dans la poche intérieure de son blouson. Il reprend sa clope entre le pouce et l’index et attend sa station.

Leave a Reply

Your email address will not be published.