October 2006


Brèves de métro21 Oct 2006 06:07 am

Le métro couvre le son de sa voix. On entend juste le bruit des pièces qu’elle secoue dans sa main. Elle passe entre les voyageurs, sans les regarder, faisant tinter les pièces. C’est une toute petite vieille dame vêtue d’un pantalon noir et enveloppée dans un grand manteau mauve. Ses cheveux blond platine sont relevés en chignon retenu par des barrettes en écaille noire. Elle porte deux perles à chaque oreille. Convention, elle descend de la rame et se dirige vers la sortie. A petits pas, sans se retourner. Comme si elle allait prendre le thé chez une amie.

Brèves de métro16 Oct 2006 01:30 pm

D’elle on remarque d’abord son informe sweat orange rongé de trous. Elle s’asseoit doucement, son rat posé sur l’épaule. Il renifle avec délicatesse ses cheveux cuivre, teints au henné, la regarde de ses yeux rouges. Puis il descend sur sa poitrine, se balade un peu entre ses clavicules. Elle caresse son dos blanc, essaie de le retenir. Lui se faufile entre ses mains, fait mine de s’échapper. Elle regarde d’un air amusé les voyageurs écoeurés.

Brèves de métro06 Oct 2006 02:15 pm

Il massacre des airs connus au violon, elle l’accompagne au tambourin. Ils se font face, debout au milieu de la rame, lui trapu et campé sur ses jambes écartées, insensible aux soubresauts du métro, droit dans son costume dépareillé. Il ne regarde qu’elle, elle ne regarde que lui. Ils ont la soixantaine et des airs de vieux musiciens de bal. Il porte une casquette en tweed, une chemise blanche un peu douteuse, une cravate bleue à carrés verts. Elle rayonne dans son chemisier vert tendre à pois blancs. Il lui adresse un sourire complice lorsqu’il entame avec vigueur Kalinka. Elle redouble d’ardeur avec son petit tambourin. Ils jouent très fort et très mal, mais qu’importe. Puis il enchaîne avec La vie en rose, c’est le signal, elle retourne son instrument et se faufile dans les allées pour quêter. A Réaumur, ils changent de wagon.